Très ancienne Boite bois - L.Legrand Parfumeur Mouchoirs ORI

24,99 €

Logo

Report this ad


Postcode:
76600
City:
Le Havre

Rare et très ancienne boite en bois avec

superbe étiquette de parfumerie Oriza L. Legrand parfumeur.

Vers 1885


N° 162 - Aux armes de France et de Russie

Violette Blanche


1/2 Douz.

ESS ORIZA, Parfum pour le mouchoir


petit modèle

L. Legrand

Parfumeur breveté de S. M. L'Empeureur de Russie

rue Saint Honoré, n°207, Paris


=====> Merci de bien regarder les photos <=====


L'étiquelle représente l'usine modèle de Levallois-Perret

Dimensions externes boite fermée:
22,5cm x 18cm x 5,5cm


Dimensions internes:

20,5cm x 16,5cm x 3,8cm

Exactement ce qu'il y a sur les photos


Prix d'achat immédiat: 24,99€


     

Mes autres annonces:

LIEN - Hifi vintage / Vintage hi-fi stereo - LINK

LIEN - Tubes electroniques / electron tubes - LINK

LIEN - Disques vinyles / vinyl records - LINK

LIEN - Composants electroniques (condensateurs / vintage capacitors) - LINK

LIEN - Bric-a-brac - LINK


---------------------------------------------------------------------------


Son histoire:

L’histoire d’Oriza Legrand est tout à fait fascinante : née en 1720 à Paris, la maison a fourni la Cour de France et celles d’Angleterre, d’Italie et de Russie. Au cœur de son succès : des formules élégantes et des créations pleines d’innovation technique et artistique, qui ont fait de la maison un véritable acteur avant-gardiste de l’industrie.


Il y a eu trois ères : sa fondation en 1720 par Fargeon ainé – à ne pas confondre avec Jean-Louis Fargeon, son cousin – qui était installé dans la Cour Carrée du Louvre. Les crèmes et les poudres que fabriquaient Fargeon étaient alors destinées à la beauté et la jeunesse éternelle de Ninon de Lenclos, la célèbre courtisane.
Quant au nom de la maison, il vient d’Oryza Sativa, le nom latin qui désigne le riz à partir duquel étaient fabriqués les cosmétiques.
Puis en 1811, Louis Legrand a repris la maison, sentant tout le prestige potentiel qu’elle recelait. Avec ses créations parfumées, il lui a donné toute son ampleur. C’est bien lui qui a introduit les parfums dans la maison, même si, de son temps, Fargeon avait créé un parfum pour Louis XV, alors jeune enfant roi.
Legrand a donné à Oriza tout son prestige, il a installé sa boutique rue Saint Honoré, là où est aujourd’hui installé Mulberry, juste à côté de Penhaligon’s.


C’est lui qui a créé toutes les créations les plus raffinées, les plus suaves, les plus recherchées. Legrand était un véritable artiste du parfum, un peu comme les parfumeurs qu’on croise dans Le Parfum.
Un peu plus tard est arrivé Antonin Raynaud, issu d’une famille de bouchers à Grasse, qui est rentré dans la maison en étant associé intéressé aux bénéfices. Il a ensuite racheté la maison à Legrand, et l’a baptisée Oriza Legrand en hommage à ses deux premiers propriétaires. On est passé à ce moment là d’une petite boutique, façon alchimiste, à quelque chose d’industriel, puissant, puisque Raynaud, qui a été maire de Levallois Perret, a construit une usine là bas. Il a été l’un des premiers à s’installer la bas, suivi quelques années après par Roger Gallet, pour échapper au droit d’octroi Parisien. Son usine employait 200 personnes à la fin des années 1800. Elle tournait à plein régime et Raynaud a mis les moyens financiers au service de la maison et a créé ses propres emballages de parfum, des choses très raffinées. Il s’est approché de Baccarat, qui a créé des flacons pour les éditions prestigieuses. Et il a quitté le faubourg Saint Honoré et installé deux boutiques : boulevard de la Madeleine et place de la Madeleine, à la place de l’actuel Baccarat. Ca donne une idée de l’importance de la maison à l’époque…
Déjà au début des années 1900, 90% de la production était exportée.


Oriza est l’une des rares maisons a avoir été à la fois fournisseur breveté et atti

For more information, click [view offer] to the right side.