LK68-L.A.S-ARMAND DARTOIS-THÉÄTRE DES VARIÉTÉS-M.TIERCELIN-[

140 €

Logo

Report this ad


Postcode:
33000
City:
Bordeaux

Billet en-tête du Théâtre des Variétés


Paris, 30 mars 1831

Signé Dartois


Pour des émoluments destinés à l’acteur 

M. Tiercelin


Le Théâtre des Variétés

PARIS


« Le 24 juin 1807, pour la première fois, les Parisiens franchissaient le seuil d’un nouveau théâtre, construit en cinq mois entre Paris et Montmartre. Sur le linteau du portique on pouvait lire comme aujourd’hui « Théâtre des Variétés » gravé dans la pierre. Ce théâtre charmant qui devait avoir tant et tant de soirées de gloire était l’oeuvre d’une femme extraordinaire, véritable fée du spectacle que d’aucuns dirent sorcière, Marguerite Brunet, La Montansier.


1830 

Armand Dartois


Le bouillant François-Victor-Armand Dartois (ou d’Artois), prenant la direction des Variétés, était bien résolu à redonner à son théâtre l’éclat et le succès d’antan. Hélas, il n’y parviendra pas. Sous sa direction furent créées de multiples comédies, vaudevilles et drames. Les « revues » se multiplièrent, mais chaque nouvelle oeuvre, après quelques représentations, quittait l’affiche à tout jamais. Des auteurs médiocres, des pièces sans intérêt ne parvinrent pas à être sauvés malgré le grand talent d’acteurs illustres comme Frédérick Lemaître qui créa aux Variétés Le Marquis de Brunoy, Le Barbier du Roi d’Aragon et surtout Kean ou Désordre et Génie d’Alexandre Dumas (31 août 1836).

Dartois fit appel à la ravissante cantatrice Jenny Colon qui sans doute n’aurait pas laissé beaucoup de souvenirs dans l’histoire du théâtre, si un poète génial devenu très illustre ne s’était épris d’elle et ne lui avait écrit vingt lettres admirables : Gérard de Nerval. On jouait alors aux Variétés Madame d’Egmont ou sont-elles deux? un vaudeville de MM. Ancelot et Decombrousse. Gérard de Nerval était dans la salle, tomba éperdument amoureux, mais sa passion demeura longtemps silencieuse, douloureuse et discrète, dans la plus pure tradition romantique. Jenny Colon n’était pas une femme de tout repos et le jeune poète était un peu effrayé par le scintillement de l’objet de sa flamme. Gérard finira par avouer sa flamme et écrira une suite de lettres poignantes qui laissera la belle chanteuse indifférente. En 1838 Jenny fera un nouveau mariage et mourra en 1842 à l’âge de trente-quatre ans, laissant son amant platonique à ses rêves. Sans cette histoire d’amour née boulevard Montmartre, le règne de Dartois ne vaudrait pas la peine d’être retenu. Parmi les innombrables oeuvres créées alors, on peut retenir quelques titres qui marquent bien le goût de l’époque pour un théâtre facile et, avouons-le, assez vulgaire Le Marchand de Peaux de Lapins (1832), L’Apollon du Réverbère (1832), Tigresse Mort-aux-Rats (1833), Deux femmes contre un homme (1834), La Robe Déchirée (1834), etc. »


Sources : https://www.theatre-des-varietes.fr/

Bon état 

15 cm x  22 cm

For more information, click [view offer] to the right side.