♦ L.A.S 1926 André SAGLIO dit DRESA Peintre créateur décors

17,99 €

Logo

Report this ad


Postcode:
69001
City:
Lyon

Merci pour votre visite. En bas de page, retrouvez les détails de nos conditions de vente / livraison. Merci d'en prendre connaissance avant d'enchérir. N'hésitez pas à nous poser vos questions. 

Thank you for your visit. At the bottom, find all the details of our conditions of sale / delivery. Thank you to become acquainted before bidding. Feel free to ask us questions.

 ● André SAGLIO dit DRESA -- (Versailles 1869 -- Paris 1929) ● 
André Saglio (Jules André à l'état civil) dit Jacques Drésa ou Drésa.
Commissaire du gouvernement français pour les expositions des Beaux-Arts de 1890 à 1921, fut aussi peintre, décorateur, et créateur de décors et de costumes pour de nombreux spectacles au Théâtre des Arts et à l’Opéra, de 1910 à sa mort.

L.A.S - (23 rue Oudinot), 10 décembre 1926
1p in-4 (20.5x26.5cm env.)

" Chère amie,
Je pense dans ce triste jour, à mon vieux camarade.
C'est vous dire combien je m'associe au retour
que vous devez faire vers des jours heureux !
Vous savez mon respect et mon amitié
Drésa "

Bel état de conservation.


Envoi soigné et offert par lettre suivie (uniquement France métropolitaine)

Informations complémentaires concernant le signataire de ce document :
Le milieu familial et les années de formation (1869-1888)
André Saglio est né à Versailles, le 11 janvier 1869. Son père Edmond Saglio était le gendre d’Edouard Charton, homme politique et fondateur-rédacteur du Magasin Pittoresque et du Tour du Monde. Edmond Saglio est l’auteur principal du Dictionnaire des Antiquités grecques et romaines ; d’abord conservateur au musée du Louvre, il est directeur-conservateur du musée de Cluny de 1893 à 1903 ; il y jouit d’un appartement de fonction : ses fils logent au-dessus des salles de collection, domaine fantastique et merveilleux.
Chez les Saglio, André est entouré d’artistes : les peintres Camille et Thérèse Saglio, cousins de son père et leur gendre Alfred Parent de Curzon ; son frère aîné Edouard choisit le métier de peintre, et Charles, le plus jeune, pratique l’aquarelle avec talent. André n’a pas connu le frère de son grand-père, le peintre Ernest Charton, qui fit carrière au Chili et en Argentine.
André Saglio est élève à l’École alsacienne et au lycée Henri IV1. Bachelier-ès-lettres, il prend un engagement conditionnel d’un an au 15˚ régiment d’artillerie (1888).

Au ministère des Beaux-Arts ; expositions, amitiés d’artistes ; les Américains (1889-1907).
En 1889, André Saglio est attaché au ministère de l’Instruction publique et des Beaux-Arts pour l’Exposition universelle de Paris. En mars 1890, son affectation est confirmée après réussite d’un concours où il se classe 3˚ : il est nommé rédacteur au ministère des Beaux-Arts. En 1894, son ouvrage Maisons d’hommes célèbres est couronné par le prix Saintour de l’Académie française.

En 1897, André Saglio est adjoint du commissaire des Expositions, Henri Giudicelli, pour l’Exposition internationale de Bruxelles. La France y envoie « les œuvres d’artistes vivants au 1er janvier 1890 »2. Parmi eux, le cousin Alfred de Curzon, et un groupe de jeunes peintres qu’on appellera « la Bande noire », ou, plus justement, « les peintres intimistes » : Lucien Simon, René Cottet, André Dauchez, René-Xavier Prinet qui resteront des amis proches d’Edouard et André Saglio. Ces artistes se retrouvent aussi aux cimaises de l’exposition annuelle du Carnegie Institute of Art de Pittsburgh3.

Les échanges d’œuvres et d’artistes sont alors fréquents entre la France et l’Amérique. André Saglio facilite les démarches des Américains à Paris sur un mode de relations amicales, comme en témoignent ses échanges avec John White Alexander4, membre du jury du Carnegie Institute, l’éditeur d’Art Robert Barrie5, la journaliste Katharine DeForest6, l’actrice et décoratrice Elsie de Wolfe7, le sculpteur d’origine française Augustus Saint-Gaudens8, et son assistant John Flanagan9.

E

For more information, click [view offer] to the right side.