L.A.S 1824 Duc Claude de CHOISEUL-STAINVILLE > CORBIERE Epin

75 €

Logo

Report this ad


Postcode:
69003
City:
Lyon

Merci pour votre visite. En bas de page, retrouvez les détails de nos conditions de vente / livraison. Merci d'en prendre connaissance avant d'enchérir. N'hésitez pas à nous poser vos questions. 

Thank you for your visit. At the bottom, find all the details of our conditions of sale / delivery. Thank you to become acquainted before bidding. Feel free to ask us questions.


 ● Claude de CHOISEUL-STAINVILLE -- (Lunéville 1760 -- Paris 1838) ● 
Claude-Antoine-Gabriel, né le 26 août 1760 à Lunéville, mort le 1er décembre 1838, duc de Choiseul et pair de France (1787).
Colonel des hussards de Choiseul au service d'Angleterre en 1794, ancien maire d'Houécourt.

L.A.S - Pouilly les Feurs, 8 août 1858
1p in-folio (20.5x32cm env)

Adressée à M. le Comte / Ministre de l'Intérieur : à la date de cette lettre, il s'agissait du Comte Jacques-Joseph de Corbière

" Monsieur le Comte, 
J'ai reçu hier à Epinal un Consul Général du Dépt que j'ai l'honneur de présider (.......)
 ... l'invitation (...) chez Son Altesse Royale ".
Etc, écriture difficile

Bon état de conservation.
Envoi soigné et offert par lettre recommandée avec assurance (uniquement France métropolitaine)

Informations complémentaires concernant le signataire de ce document :

Biographie :

Il était neveu du ministre Étienne François de Choiseul et fut élevé par lui. Colonel du régiment Royal Dragons en1791, il coopéra à la tentative d'évasion de Louis XVI, fut pour ce fait arrêté à Verdun, et ne recouvra la liberté que lors de l'acceptation de la constitution par le roi. Chevalier d'honneur de la reine, il resta auprès d'elle jusqu'à son incarcération à laprison du Temple, et n'émigra que quand sa tête eut été mise à prix.
Arrêté en 1795 à Calais à la suite d'un naufrage, il échappa au supplice à la faveur du coup d'État du 18 brumaire, et en fut quitte pour être déporté. II rentra en France en 1801, fut, à la Restauration, appelé à la Chambre des pairs, s'y posa en défenseur des institutions constitutionnelles, et dans le procès du maréchal Ney, recommanda l'accusé à la clémence du roi.
Il défendit en 1820 le général Eugène Antoine François Merlin impliqué dans une conspiration, se démit, à l'avènement du ministre Villèle, des fonctions de major-général de la garde nationale, et devint tellement populaire qu'à la révolution de 1830 son nom fut porté, avec ceux du maréchal Étienne Maurice Gérard et La Fayette, sur la liste du gouvernement provisoire. Dévoué à la nouvelle monarchie de Juillet, il lui donna un constant appui.
Ayant reçu en héritage le château aujourd'hui disparu d'Houécourt près de Vittel, le duc passa de longues périodes dans lesVosges. Maire d'Houécourt, conseiller général des Vosges, il présidait l'assemblée départementale en 1822, se déclara le zélé partisan de renseignement mutuel dont il fit profiter tout aussitôt l'école primaire de sa commune et il poussa à l'ouverture du musée d'Épinal. Il contribua même à augmenter le fonds de façon fort généreuse. des Vosges pour le canton de Châtenois, Il conserva son mandat de conseiller général jusqu'en 1836, où il céda sa place à son petit-fils, le duc Alfred de Marmier. Il était aussi gouverneur du Louvre.
Il fut membre du comité philhellène de Paris et « Grand Commandeur » du Suprême Conseil de France.
Le duc de Choiseul a laissé des Mémoires, dont il n'a paru que quelques fragments : Départ de Louis XVI le 20 juin 1791, Paris,1822; Procès des naufragés de Calais, 1823. C'est avec sa galerie de tableaux qu'a été fondé le Musée départemental d'art ancien et contemporain (Épinal).
De son mariage, le 6 octobre 1778 à Saint-Denis d'Amboise, avec Marie Stéphanie de Choiseul (1763-1833), fille aînée dumaréchal de France Jacques Philippe de Choiseul-Stainville (1727-1789), duc de Choiseul-Stainville, il eut deux enfants :
Jacqueline Béatrix Gabrielle Stéphanie (Paris, 24 février 1782 - Paris, 13 mars 1861), dame du palais (1810-1814) de l'impératrice Marie-Louise, et dam

For more information, click [view offer] to the right side.