Insigne 1er bataillon parachutiste de choc CORSE ALGERIE TOU

4,50 €

Logo

Report this ad


Postcode:
76000
City:
Rouen

1. 1er bataillon parachutiste de choc

Sauter à la navigation Sauter à la recherche

1er bataillon parachutiste de choc
Insigne du 1er BPC Création 1943 Dissolution 1963 Pays France Branche Armée de terre Type Bataillon de parachutistes interarmes Rôle Services Spéciaux Fait partie de 11e demi-brigade parachutiste de choc Garnison Calvi Surnom "1er choc" Devise "En pointe, toujours" Inscriptions
sur l’emblème Corse 1943
Île d'Elbe 1944
Cap Nègre - Toulon 1944
Haute-Alsace 1944-1945
Indochine 1947-1948 1951-1954
AFN 1952-1962 Fourragères Aux couleurs du ruban de la croix de guerre 1914-1918 avec une olive aux couleurs du ruban de la croix de guerre 1939-1945
Fourragère aux couleurs du ruban de la croix de guerre des Théâtres d'opérations extérieurs Décorations Croix de guerre 1939-1945
trois palmes
Croix de guerre des TOE
deux palmes modifier 
Le bataillon de choc est une unité d'élite de l'Armée française formée en mai 1943 à Staoueli en Algérie. Entraîné au parachutisme et aux méthodes commandos, son but est d'apporter un soutien aux organisations de la Résistance française en vue de renforcer leur action. Tous les chasseurs sont volontaires et réunis autour d'une même doctrine rappelant leurs origines diverses. Elle est « puissance de la légion, légèreté du chasseur, chic du cavalier ».

L'unité est tour à tour engagée en France et en Allemagne pendant le second conflit mondial puis en Indochine et en Algérie avant d'être dissoute à la fin de l'année 1963.

Sommaire


- 1 Création et différentes dénominations
- 2 Historique des garnisons, campagnes et batailles
- 2.1 Seconde guerre mondiale
- 2.2 Indochine 1947-1948
- 2.3 Afrique du nord 1953-1955
- 2.4 Corse 1955-1963
- 2.5 Chute opérationnelle

- 3 Traditions
- 3.1 Devise
- 3.2 Insigne
- 3.3 Uniforme
- 3.4 Fanion
- 3.5 Honneurs
- 3.6 Chant

- 4 Liste des chefs de corps
- 5 Faits d'armes faisant particulièrement honneur au bataillon
- 6 Personnalités ayant servi au sein du bataillon
- 7 Annexes
- 7.1 Sources et bibliographie
- 7.2 Articles connexes
- 7.3 Liens externes

- 8 Notes et références
- 8.1 Notes
- 8.2 Références

Création et différentes dénominations


- 25 mai 1943, création du bataillon d'assaut puis bataillon de choc à Staoueli.
- 5 janvier 1945, avec le 3e bataillon de choc (ex. commandos de France), le 1er bataillon de choc forme le 1er groupement de bataillons de choc.
- 1er octobre 1945, avec le 2e bataillon de choc (ex. bataillon Janson-de-Sailly) il forme le 1er bataillon du 1er régiment d'infanterie de choc aéroporté (I/1er RICAP). Ce régiment prend le 1er août 1946 l'appellation de 1er régiment de choc.
- 6 janvier 1947, le 1er bataillon du 1er régiment de choc devient le 1er bataillon parachutiste de choc avant d'être intégré à la demi-brigade de marche parachutiste en partance pour l'Indochine.
- 1er avril 1951, le bataillon est dissous pour former le 1er bataillon du 14e régiment d'infanterie parachutiste de choc (I/14e RIPC) avec des unités stationnées à Toulouse.
- Octobre 1953, devient le 1er bataillon de la 14e brigade de tirailleurs algériens parachutistes.
- 1954, devient le 19e bataillon de tirailleurs algériens.
- 1er octobre 1955, le 19e BTA est dissous. Son fanion est confié au 12e bataillon parachutiste de choc.
- 1er mai 1957, le 1er BPC est recréé au sein de la 11e demi-brigade parachutiste de choc par changement de nom du 12e bataillon parachutiste de choc.
- 31 décembre 1963, le 1er BPC est dissous. Son fanion rejoint le drapeau du 1er régiment de choc au Centre national d'entraînement commando à Mont-Louis.

Historique des garnisons, campagnes et batailles
Seconde guerre mondiale


En Algérie le 30 août 1944, 3e saut du sergent Simorre de la 4e compagnie.



En 1943, le chef de bataillon Gambiez persuade l'état-major de la nécessité de créer une unité spéciale « susceptibles d'apporter le moment venu un

For more information, click [view offer] to the right side.