Disque vinyle SXL 2201 Haendel CONCERTOS POUR ORGUE

15 €

Logo

Report this ad


Postcode:
18310
City:
Dampierre-en-Graçay

CONCERTOS POUR ORGUE 


FACE 1 

NO 9 en Si bémol majeur, Op. 7. NO 3 

Ier mouvt. Allegro 

20 mouvt. Organo ad libitum (Adagio e Fuga) 

3e mouvt. Spiritoso 

40 mouvt. Menuet 

NO 10 en Ré mineur, Op. 7, NO 4 

Ier mouvt. Adagio 

20 mouvt. Allegro 

3e mouvt. Organo ad libitum (Adagio) 

40 mouvt. Allegro 

FACE 11 

NO 11 en Sol mineur, Op. 7, NO 5 

Ier mouvt. Allegro ma non troppo, e staccato 

'20 mouvt. Andante larghetto, e staccato 

30 mouvt. Menuet 

mouvt. Gavotte 

NO 12 en Si bémol majeur, Op. 7, NO 6 

Ier mouvt. Pomposo 

20 mouvt. Organo ad libitum (Adagio) 

3e mouvt. A tempo ordinario 

KARL RICHTER, à l'Orgue 

Orchestre de Chambre 

dirigé depuis la console de l'orgue 

Violon solo : Fritz Sonnleitner 

Violoncelle solo : Fritz Kiskalt 

Enregistré en l'Église Saint-Marc de Munich 

Georg Friedrich HA ENI)EL écrivait avec une facilité extraordinaire, plus soucieux 

d'exprimer ce qu'il ressentait ou plutôt de chanter selon sa conscience, que de cons- 

truire. Mais il avait une vision juste, saine. équilibrée de toutes choses et, si la forme 

se différencie quelque peu parfois de la norme habituelle, c'est uniquement par une 

originalité naturelle de son esprit qui n'entache jamais la beauté de la construction. 

Il faut dire que Haendel était une sorte de force de la nature contre laquelle les 

forces opposées venaient se heurter sans l'amoindrir, même si elles avaient le dessus. 

On le vit maintes fois au cours de sa vie et dès l'enfance, puisqu'il sut s'imposer comme 

musicien bien que son père eût préféré lui voir suivre une autre voie. 

Haendel. d'origine allemande, avait reçu ses premières leçons du vieux maitre 

organiste ilhelm Zachow. De ses contacts avec l'extérieur, il ressentit des chocs 

durables; ainsi sa rencontre avec Buxtehude pour qui il eut toujours la plus grande 

admiration. Et il faut noter qu'il fut un des plus grands organistes de son époque. 

Ensuite sa rencontre avec les musiciens italiens. Ce sont là deux impressions complé- 

mentaires en quelque sorte, visant toutes deux l'expression. la luminosité de la 

musique, qui sont les caractéristiques de sa musique. 

Haendel sut en toutes circonstances adapter son art aux besoins du moment et 

changer de genre avec le goût du public, si bien que nous assistons au cours de sa vie 

à des poussées de gloires entrecoupées d'échecs que d'autres moins armés n'auraient 

pas su vaincre, mais que lui contournait pour repartir plus vigoureux sur une autre 

voie. 

C'est ainsi que nous le voyons, dès la jeunesse, abandonner la sécurité d'un poste 

d'organiste pour courir l'aventure au devant d'un nouvel enrichissement musical ; 

quitter tout jeune l'Allemagne pour l'Italie où il reste tout juste assez pour prendre 

un air nouveau qui lui permet un nouveau bond en avant ; saisir presque au vol une 

occasion qui s'offre et courir en Angleterre où un accueil enthousiaste le retiendra 

désormais presque continuellement. Si bien qu'il est aujourd'hui considéré comme 

le premier des musiciens anglais. Il y fut d'abord le premier et presque l'unique pour- 

voyeur d'opéra mais la guerre des bouffons, selon l'expression de Noël Boyer. devait 

lui porter un coup terrible, car il n'était pas courtisan et ne fut pas défendu habilement. 

Ce fut une épreuve certes et il faillit y perdre la vie ; une attaque de paralysie le tint 

de longs mois hors de l'arène. Mais il fallait plus pour l'abattre et dès son retour il 

repart à zéro dans un genre connu mais peu exploité où il fait une nouvelle carrière 

triomphale : l'oratorio. Son chef-d'œuvre : le Messie, écrit dans la hâte, un peu 

comme une prière d'action de grâce, dont les accents conservent une éternelle jeunesse. 

justement parce qu'ils viennent du plus profond de l'être. 

Haendel prit vite l'habitude de donner des intermèdes instrumentaux au

For more information, click [view offer] to the right side.