Disque vinyle Edith Piaf

15 €

Logo

Report this ad


Postcode:
18310
City:
Dampierre-en-Graçay

Face 1 

La vie en rose 

(Edith Piaf - Louiguy) 

Amour du mois de Mai 

(Wal-bërg - Larue) 

Une chanson à trois temps 

(Anne Marly) 

Si tu partais 

(Michel Emer) 

Monsieur X 

(Goze - Emer) 

Les cloches sonnent 

[Marguerite Monnot - Edith Piaf) 

Face 2 

L'accordéoniste 

(Michel Emer) 

Le geste 

(M. Emer) 

Les vieux 

(Bourgeat 

Sophie 

(Glanzberg 

Cousu de 

(M. Emer) 

Monsieur 

(M. Emer) 

Hymne à 

bateaux 

Batell) 

- E. Piaf) 

fil blanc 

Ernest a réussi 

l'Amour 

7. Je n'en connais pas la fin 

(R. Asso - M. Monnot) 

Les miracles ne s'expliquent pas. 

Pourtant la vie d'Edith PIAF a frisé à tous les instants et atteint souvent 

II faut donc convenir qu'il devait y avoir dans cette existence exception- 

nelle, des données qui nous échappent, des facteurs absolument étrangers aux 

destins habituels des étres et des choses. 

Du nouveau-né vagissant à méme le trottoir sous la pèlerine d'un agent, 

à ce monstre sacré, remplissant à lui seul l'immense vaisseau du Carnegie- 

Hall. il y a un monde, un abime. 

Tous les soirs, cela se passait très simplement. 

Une lemme sortait de sa loge. Escortée par des ombres, elle s'approchait 

d'une vingtaine de musiciens attentifs et silencieux. 

Elle ne regardait rien. 

N•entendait rien. 

Puis, obéissant à quelque déclic invisible, un rideau de velours couleur 

de sang s'écartait.. 

Et le miracle se matérialisait chaque jour devant ce monstre terrible et 

merv•eilleux qui s'appelle le public. 

En écoutant ce disque, cela va paraitre encore tout naturel. 

Voyez 

• Elle • 

entre en scène, plaque ses mains le long de son corps, ses yeux se 

ferrnent.„ 

Et cette voix unique, poignante comme un cri, s'élève et vous atteint, 

comme la pierre échappée de la fronde d'un enfant frappe la mouette en 

plein vol. 

Je sais qu'à cette minute, une étoile s'accroche au manteau de la nuit. 

Ceux qui regardent le ciel se perdront dans les nuées constellées. 

Il n'y a pas de boussole. pas de carte ni de compas pour signaler le passage 

d'un astre... 

Cette étoile revenait toujours de si loin Tant de choses ont voulu la 

perdre dans les brumes. II semblait méme qu'elle n'existait plus qu'en notre 

souvenir. 

(E. Piaf - M. Monnot) 

2.3.4.5.6.9.10.11.12.13 : EDITH PIAF et l'orchestre RAYMOND LEGRAND 

1.7.8.14 : Orchestre BRUNO COQUA TRIX 

Et tous les titres des chansons qu'elle chantait au lendemain de la guerre 

deviendront comme un long ruban de souffrance et de joie. La musique épou- 

sera les rimes par la seule volonté de cette femme qui était revenue de tout 

et de nulle part, n'ayant jamais l'impression d'avoir longtemps voyagé. 

Du fond de l'ombre Edith répétait un seul mot : 

J'aime ! 

Elle n'aurait peut-être pas bien su expliquer ce qu'il y avait de terrible 

dans ce qui lui arrivait. 

J'aime murmurait-elle, confondant dans ce mot divin les êtres et les 

choses. 

Ce que le corps ne peut plus saisir, l'âme le comprend. Et l'impossible 

s'accomplit. 

Celui qui a dit que nous étions engagés malgré nous sur un escalier sans 

fin, montant une marche le jour pour en redescendre deux après le coucher 

du soleil, celui-là ne savait pas que la volonté d'aimer • détruit cette 

ascension dérisoire et cette chute quotidienne. 

La preuve de cette foi en la lumière, de ce refus aux forces du néant, 

éclatait chaque soir sous les feux des projecteurs. 

Et je ne peux pas très bien dire pourquoi celle qui retournait dans sa 

loge. suivie par la mitraille des bravos, avait l'impression étrange d'avoir 

assisté au triomphe de quelqu'un qui lui ressemblait comme une sœur. 

Une sœur rencontrée, quelque part, sur l'herbe rase des champs de bataille 

où bien souvent la mort terrasse toute vie. 

Mais toi, Edith, dans le royaume du silence où tu reposes, tu sais bi

For more information, click [view offer] to the right side.