Disque vinyle 540.026 M ALBINONI "ADAGIO ' Orchestre de Ch

15 €

Logo

Report this ad


Postcode:
18310
City:
Dampierre-en-Graçay

Orchestre de Chambre de Guyenne 

dir. Georges Boueil 

Face I 

VIVALDI 

Concerto grosso en si mineur, Op. 3 no 10 

pour quatre violons ct cordes 

Allegro - Largo et larghetto - Allegro 

solistes 

J. Champeil, J. Dabat, J. Dejean, J. Soulié 

PERGOLESE 

Concerto en sol majeur 

Grave - Allegro - Grave staccato - Allegro 

race 2 

ALBINONI 

Adagio 

violon solo 

Jeanne Gardrat 

CORELLI 

Sarabande • Gigue • Badinerie 

PACHELBEL 

Canon 

Réalisé récemment à Paris, ce premier enregistrement de l'Orchestre de Chambre de Guyenne démontre 

une nouvelle fois toute la vitalité des activités musicales de la province française. Le mélomane dont 

l'attention reste sollicitée par les événements en provenance de la capitale. ignore trop souvent ce qui se 

passe en dehors de Paris. Voici — après l'exemple fameux de I 'Orchestre de Chambre de Toulouse 

révélé il y a quelques années — 

une formation bordelaise « L'Orchestre de Chambre de Guyenne » 

— ensemble composé de cordes 

— fondé par Georges Boueil qui en est le directeur musical et l'actif chef. 

Dans le très éclectique répertoire de sa formation (de J.-B. Lully à Benjamin Britten) Georges Bouell a 

sélectionné différentes compositions allant de l'a.:ernand Johann Pachelbel aux maitres italiens Albinoni. 

Corelli. Vivaldi et Pergolèse. Cette sélection, outre qu 'elle met remarquablement en valeur toutes les 

qualités du chef et de ses musiciens, constitue également un instructif panorama de la musique instru- 

mentale pré-classique. 

T. Albinoni : Adagio pour cordes. 

Que saurions-nous de Tomaso Albinoni (1671-1750) sans la découverte, relativement récente de ce célé- 

brissime Adagio? Les quelques mesures de cette page — et toute la « littérature » autour — 

imposèrent 

en un temps record le nom de ce musicien dans le monde entier. On n'ignore plus, maintenant. que c'est 

un musicologue italien, Rémo Giazotto. qui, découvrant l'esquisse manuscrite d'un thème de concerto 

d'Albinoni retrouvé à la Bibliothèque de Dresde. eut l'idée de la compléter en s'inspirant de la manière 

du compositeur. A l'écoute de cette restitution. il est sans doute aisé de discerner un certain mélange de 

style en regard de ce thême dont Charles-Marie-de Boncour dit qu'il est « d'une sérénité typique des 

mouvements lents d'Albinoni, musicien à la fois classique et inspiré du futur romantisme. » Mais. en défi- 

nitive. il est difficile de rester insensible au sentiment poignant, voire profondément émouvant. qui s'en 

A. Corelli : Sarabande. Gigue et Badinerie. 

Ces trois pièces, extraites de la Suite pour Cordes, comptent parmi les plus populaires de la musique 

d'ArcangeIo Corelli (1653-1713). Tout autant que son célèbre « Concerto pour la Nuit de Noël mais 

d'une provenance différence, elles sont éminemment représentatives de sa façon d'écrire, si originale et 

si pure, pour les instruments à cordes 

— le violon, en particulier. C'est dans l'opus 5 (cycle de douze 

sonates datant de 1700) de ce maitre que nous trouvons ce triptyque. Conçues pour violon et basse. ces 

trois pages furent ensuite transcrites pour ensemble d'archets. Elles connurent. sous cette forme. une 

J. Pachelbel : Canon. 

Prédecesseur des grands maîtres classiques (J.-S. Bach et G. Fr. Haëndel avaient à peine vingt ans lorsqu'il 

disparait). Johann Pachelbel (1653-1706) fut l'une des plus fortes personnalités musicales de son époque. 

Organiste renommé, à l'instar de son contemporain D. Buxtehude, Pachelbel confia à cet instrument 

l'essentiel de sa production. De nombreux périples en Allemagne entre 1668 et 1695 

— date à laquelle il 

retourne à Nuremberg. sa ville natale 

— lui permettront d'assimiler avec une rare intelligence les lan- 

gages de son temps. Ouvrage de la maturité, le « Canon à trois parties sur une basse obstinée » témoigne 

de sa sûreté d'écri

For more information, click [view offer] to the right side.