CAS Jean DUTOURD romancier académicien écrit à la comédie

15,20 €

Logo

Report this ad


Postcode:
30660
City:
Gallargues-le-Montueux

25. Jean Dutourd (1920-2011), carte autographe signée adressée à la comédienne Louise Conte (1923-1995), sans lieu ni date, 9,5x7cm. 


Provenance : archives de la comédienne Louise Conte (1923-1995)

L’académicien français Jean Dutourd (1920-2011) souhaite à la comédienne Louise Conte « de belles créations et de grands succès » et lui témoigne son admiration et sa sympathie. 

Romancier fécond, Jean Dutourd est né le 14 janvier 1920 à Paris et y est mort le 17 janvier 2011. Résistant et évadé à deux reprises, il commence sa carrière après-guerre dans les journaux. Il y écrira toute sa vie, dans le quotidien France-Soir en particulier, où il est éditorialiste pendant trente ans. Sous la légèreté caustique du ton qu'il emploie pointe la profondeur du regard du moraliste, critiquant les mœurs d’une époque et développant à partir de là des réflexions sur la nature humaine.


Il est l’auteur de soixante-dix romans et essais, dont « Au bon beurre », portrait au vitriol d'une famille de crémiers pendant l'occupation allemande qui rencontre un grand succès et remporte le prix Interallié. En 1975, il publie 2024, un roman d'anticipation dystopique dans lequel les femmes ne font plus d'enfants ; la population de Paris, de la France et même du monde, ne compte plus que des vieillards. Prophète de malheur, Dutourd annonce annonce un monde de vieux, sans enfants, laid, dégradé. Connu comme conservateur, il critique l'évolution de la société et s'interroge sur le problème de la dénatalité, fondamental pour l'avenir, qui ne semble préoccuper que les personnes attachées au passé. 


Élu à l’Académie française en 1978, il s’y est illustré par sa défense de la langue française.


*

**


Louise Conte est une actrice française, sociétaire honoraire de la Comédie-Française, née le 25 juillet 1923 à Enghien-les-Bains (Val-d'Oise) et morte le 19 octobre 1995 (à 72 ans) à Château-Thierry (Aisne).

Engagée dès 1943 à la Comédie-Française Louise Conte en devient, à partir de 1948, sociétaire. Puis, elle est nommée sociétaire honoraire en 1970, ce qui lui permet de continuer à s'y produire. Lors d'une tournée de représentation de La Machine infernale de Jean Cocteau pour la saison 1953/1954, elle croise le chemin de l'acteur dramatique Hubert Rouchon qui deviendra son compagnon. Alors qu'elle poursuit sa carrière d'actrice il se tourne vers l'écriture et le dessin. Le couple fera dans le petit village de Guiseniers l'acquisition d'une propriété que Louise baptisera "Les étonnements". Trop isolés de la capitale, ils s'installèrent finalement à Enghien-les-Bains au 23/25 de la rue des thermes. 


Du vivant de Montherlant, Louise Conte a créé le rôle de Sœur Catherine de Sainte-Flavie dans Port Royal, à la Comédie Française, dans une mise en scène de Jean Meyer, en 1954 ; puis, celui de la reine Jeanne dans Le Cardinal d’Espagne, à la Comédie Française, dans une mise en scène de Jean Mercure, en 1960. Elle reprit, après la mort du dramaturge, le rôle de Sainte-Flavie, toujours dans une mise en scène de Jean Meyer, au Théâtre des Célestins, en 1977 ; puis celui de la Reine Jeanne, dans une mise en scène de Raymond Gérôme, au Théâtre de la Madeleine, en 1989. Enfin, et toujours sous la direction de Jean Meyer, elle reprend le rôle de madame Persilès dans Brocéliande, au Théâtre des Célestins, en 1984. 


Carrière d'actrice à la télévision


1967 : L'Arlésienne : téléfilm de Pierre Badel - Rose Mamaï, la mère

1968 : Au théâtre ce soir : Feu la mère de madame de Georges Feydeau, mise en scène Jacques Charon, réalisation Pierre Sabbagh, Théâtre Marigny (Spectacle de la Comédie-Française) - Annette

1968 : Le Tribunal de l'impossible : Les Rencontres du Trianon ou La dernière rose de Roger Kahane - miss Moberly

1971 : Crime et Châtiment, téléfilm de Stellio Lorenzi

1972 : Une brune aux yeux bleus, téléfilm de Lazare Igles

For more information, click [view offer] to the right side.