BOUTEILLE GARNIER LIQUEURS LE GRENADIER N° 109 ANNÉE 1949 SO

50 €

Logo

Report this ad


Postcode:
18100
City:
Méry-sur-Cher

LE GRENADIER

 

 Elle servait à commercialiser les produits de la distillerie Garnier à Enghien-les Bains

Le n° 109 figure au cul de la bouteille ainsi que la mention « Garnier – France »

 

La bouteille figure à la page 118 et 169 du livre « Garnier Bottles, identification and price guide » de Constance Avery et Al Cembura (voir photographies)

 

REPÈRES

 

Afin de montrer la bravoure des soldats français tombés aux champs d’honneur, Garnie décide de créer une série de quatre soldats sans visage. Intentionnellement il ne peint aucun visage pour honorer la mémoire de tous ces héros morts pour leur patrie. Les bouteilles sont représentées avec les uniformes de la cavalerie française.

 

La série est composée de 4 soldats

1 – le hussard

2 – le Marquis de Lafayette

3 – le lancier

4 – le grenadier

 

Date de création : 1949

 

DÉTAILS DE LA BOUTEILLE

 

En céramique de couleur bleu turquoise tirant sur le vert.

Hauteur (au plus haut) : 35 cm

Aspect craquelé sur la partie inférieure

 

Bouteille à liqueurs ou à alcools

Flacon à liqueurs ou à alcools

 

Une égrenure sur la visière (voir photo)

Une égrenure sur le haut

Une trace à l’arrière du bras gauche qui  n’est ni un cheveux ni un fêle

 

LES TACHES BLANCHES SUR LES PHOTOGRAPHIES PEUVENT ÊTRE DUES AUX REFLETS DE LUMIÈRE LORS DE LA PRISE DE VUE

 

La distillerie Garnier

 

Paul Garnier, né à Noyon (Oise) en 1832, apprend la fabrication des liqueurs chez un distillateur parisien. En 1859, il crée une fabrique de liqueur à Noyon axée tout de suite sur l’exportation, particulièrement en Russie et en Grande-Bretagne. En 1872, il dépose la marque Abricotine et achète la marque Liqueur d’Or. Il transfère son établissement à Enghien-les-Bains, où s’arrêtaient déjà à l’époque de nombreux acheteurs étrangers. Paul Garnier décède en 1886, à l’âge de cinquante-quatre ans. Son dernier acte commercial est la signature, en décembre 1885, d’un contrat confiant à Julius Wile Sons and Co à New York l’exclusivité de vente aux États-Unis des produits Garnier. André Garnier, son fils né en 1863, n’a que vingt-trois ans. Actif et entreprenant, il continue dans la même voie et développe ses ventes aux États-Unis, en Grande-Bretagne, en Amérique du Sud et dans de nombreux pays étrangers, ainsi qu’en France où il organise la vente dans les départements du nord de la Loire. Il décède en 1908, à quarante-cinq ans.

 

Madame André Garnier, sa veuve, n’a alors que trente-six ans et doit élever quatre jeunes enfants. Néanmoins, elle prend seule la direction de la maison. La guerre de 1914-1918 est un rude choc pour l’entreprise qui perd, avec la Révolution russe, son plus important client et toutes ses créances sur ce pays. La prohibition décrétée aux États-Unis en 1918 ferme momentanément son second marché. En 1919, le mariage d’une de ses trois filles lui procure, en la personne de son gendre, un collaborateur précieux, monsieur Armand Belhomme. L’équilibre de la maison, ébranlé par la Première Guerre mondiale, se rétablit.

 

Paul Garnier, né en 1904, fils unique d’André Garnier, ingénieur de l’École nationale des industries agricoles, entre dans la maison en octobre 1925. En 1929, la S.A.R.L. Distillerie P. Garnier est créée. En août 1939, Armand Belhomme et Paul Garnier étant mobilisés, Madame André Garnier reprend seule la direction des affaires. Son fils retrouve son poste en septembre 1940 et son gendre à sa libération de captivité en 1941. En 1945, Paul Garnier signe un contrat de longue durée avec la société Julius Wile Sons and Co de New York, pour la fabrication sur place de la gamme des liqueurs Garnier. Voyageur infatigable, il développe la vente des liqueurs Garnier sur les cinq continents tout en organisant le réseau de distribution en France. En plus de la gamme traditionnelle de liqueurs, il commercialise ses produits dans des flaconnages très originaux.

For more information, click [view offer] to the right side.